20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 18:11

titre original "Some kind of wonderful"
année de production 1987
réalisation Howard Deutch
scénario John Hughes
production John Hughes
interprétation Eric Stoltz, Mary Stuart Masterson, Lea Thompson, Craig Sheffer, Elias Koteas


La critique de François

"La vie à l'envers" est un film "seulement" écrit et produit par John Hughes, mais considéré de fait comme un "John Hughes film".

L’histoire, c’est une vraie romance adolescente, sur une trame vaguement sociale, et un fond de rock’n’roll : Keith (Stoltz) est un ado de 18 ans un peu à part, artiste, mécano après l’école, frère de 2 petites sœurs, et dont le père ne pense qu’à l’envoyer en fac l’année prochaine ; Watts (Masterson) est sa meilleure amie d’enfance, un vrai garçon manqué (leçon du jour : « a tomboy » en anglais) ; cheveux courts, sapée jean et cuir 80’s, passant son temps à jouer de la batterie… on la prend pour une gouine, mais elle est secrètement amoureuse de Keith ; d’où le drame quand celui-ci lui demande de l’aider à se taper Amanda Jones (Thompson), la starlette du lycée qui sort avec le connard friqué qui roule dans une super bagnole (Craig Sheffer)…

Ce genre de scénar n'est pas forcément vendeur. Pour le coup, ça n'est pas un film particulièrement marrant (pas une tonne de blagues), c’est évidemment ringard, cul la fraise, et tout ça va se dénouer miraculeusement. Mais on s’en fout, c’est une très grande réussite. Vachement touchant, et surtout joué à la perfection. Eric Stoltz, un vrai sosie de Mark Hamill, est carrément beau, et les meufs sont fantastiques aussi.

Rayon tronches, on retrouve également Craig Sheffer, Elias Koteas et John Ashton ("Midnight run", "Le flic de Beverly Hills", etc.).

Enfin, on remarquera que c’est un film hommage aux Stones : Keith le héros, Watts à la batterie, et Amanda Jones l’enjeu ("Miss Amanda Jones" sur "Between the buttons", qu’on entend sur la B.O.).

La vie à l'envers - photo 5

Loading